Sans objectif, l’athlète peut-il aller loin ?

Par Anne-Catherine

L’idée de cet article m’est venue après une conversation professionnelle où l’on m’a raconté que des chercheurs avaient mis au point un sautoir en hauteur sans barre avec des systèmes de capteurs électroniques permettant de mesurer très précisément la hauteur franchie par le sauteur en hauteur. Le système était technologiquement fiable et différents tests ont alors été réalisés avec de multiples groupes (des athlètes professionnels, des néophytes, des femmes, des hommes, des vieux et des jeunes)… Tous les tests ont donné exactement le même résultat : sans barre, avec le système de capteurs les performances étaient inférieures de 10 à 15% au système traditionnel.

Sans objectif clairement défini, les performances sont donc inférieures de 10 à 15%

Company Statement, MissionDans le monde de l’entreprise, c’est quelque chose qui a été beaucoup théorisé et mis en pratique (le fameux MBO « Management by objective » ou l’art de fixer des objectifs ambitieux mais malgré tout atteignable) … Néanmoins, dans les pelotons de trail, le sujet est « tabou »

Autant les « pistards » affichent des objectifs affichés (comme sur marathon où l’on vous demande de choisir votre SAS de départ dès l’inscription et où des meneurs d’allure vont vous aider à atteindre votre objectif que celui soit de boucler la distance en moins de 3 heures ou de finir en 4 heures), autant au départ des ultras, les discours sont moins ambitieux : « moi, ce que je veux c’est finir » ou la variante « ce que je souhaite c’est ne pas me blesser et prendre du plaisir »…

Les traileurs manquent-ils donc d’ambition ?

Est-ce pour autant que les traileurs sont des petits joueurs ? Non, car ces phrases (que j’ai personnellement toute prononcées) sont une façon de faire baisser la pression, un peu comme quand Guy Roux répétait inlassablement que l’objectif d’Auxerre était le maintien en ligue 1. Une fois qu’on a formulé ces phrases (même si secrètement on espère beaucoup plus), tout résultat devient un exploit.

Comme beaucoup de coureurs, je ne me suis jamais alignée sur un trail avec un objectif en terme de classement (rien que d’écrire cela me fait sourire… pas le niveau pour faire un podium !) et rarement avec un objectif en terme de temps de course (il y a tellement d’aléas de terrain que les moyennes horaires sont vite bouleversées). Pour autant, toutes les courses où j’ai fait de belles performances étaient le fruit d’une part d’une préparation sérieuse et d’autre part, à bien y réfléchir, d’une fixation de petits « objectifs » : ne jamais s’asseoir au ravitaillement, ne pas laisser une féminine me doubler passé la 1ère heure de course, m’alimenter toutes les heures, boire toutes les 10 minutes, me mettre le plus en avant possible dans les descentes …

Alors comment se fixer un objectif sportif ?

Retour à la théorie … Il existe en gros 3 type d’objectifs :

  • L’objectif de résultat : finir 1er, faire un podium, ne pas se faire doubler dans les montées …
  • L’objectif de performance : par exemple en football cadrer 10 tirs sur 15 ou en course à pied un objectif d’allure au km
  • L’objectif de processus et de comportement: toujours en football orienter ses épaules au moment de la frappe, ou en course se remettre à courir à la seconde où l’on a fini la montée ou penser à relâcher les bras …

Filby, Maynard et Graydon (1999) ont réalisé différentes expériences avec des joueurs de football universitaire. Celles-ci montrent clairement que c’est l’objectif de résultat qui est le moins efficace et que c’est la stratégie d’objectifs multiples qui s’avère la plus efficiente !

Que faut-il en retenir ?

Amis athlètes fixez vous donc des objectifs et choisissez ceux qui vous permettent de pouvoir maintenir confiance en soi et satisfaction. Donc allez piocher dans les objectifs de performance et de processus … ce sont eux qui vous permettront d’améliorer vos résultats !

Plusieurs principes viennent ensuite s’appliquer à la fixation de vos objectifs :

  • Veillez à ce qu’ils soient précis et clairs
  • Formulez des objectifs (un peu) élevés mais réalistes (il ne faut pas que la demande soit supérieur à vos ressources et vos capacités)
  • Fixez vous également des objectifs lors de vos entraînements. L’entrainement est un lieu privilégié d’apprentissage où vous pouvez tester des choses, notamment en terme de geste technique.
  • Faites évoluez vos objectifs dans le temps !

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer Frédéric Dard : « Tout objectif flou conduit obligatoirement à une connerie très précise »